L'espoir au bout du trou noir
Bienvenue sur le forum.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.

A très bientôt et bonne visite à tous.



Forum de discussions diverses, mais surtout de soutien et d'entraide.
 
AccueilPortailCalendrierS'enregistrerConnexion
Ce forum est constamment mis à jour, pensez à le consulter assez souvent
pour être au courant des nouveautés.
Nous recrutons actuellement des animateurs, des modérateurs,
des analystes, des graphistes et des codeurs, etc !
Pour plus d'informations, clique ici
Si vous venez de vous inscrire,
vous devez d'abord lire et approuver le règlement du forum ici,
puis vous devez vous présenter ici.
Vous n'osez pas vous dévoiler tout de suite ?
Je vous propose de commencer par nous parler de vos loisirs ici .
De fil en aiguille vous oserez vous libérer un peu plus et vous verrez vous vous sentirez mieux.
Si ce forum vous a permis de vous sentir mieux,
pour faire vos remerciements laisser un commentaire ici
Comment avez-vous découvert le forum? C'est par ici
Vous avez des questions ou des propositions, c'est par ici
Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet en particulier, c'est par ici
Si vous avez un évènement (anniversaire, mariage, naissance, fête diverse)
à partager avec nous c'est par ici
Si vous avez une phrase, une citation ou une image positive c'est par ici
Le coin divertissements c'est par ici
Partagez le lien de ce forum à un maximum de personnes,
afin que nous puissions avoir plus d'échanges entre membres.


Partagez | 
 

 L'état de sidération

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lady Angel
Administrateur
avatar


MessageSujet: L'état de sidération   Lun 13 Mai 2013 - 2:06

Par cet amour je me sentais complice, pourtant je ne voulais pas avoir de relation sexuelle avec lui, je n'étais pas consentante. Malgré tout, je me laissais faire, passivement, absente, trop abasourdie, stupéfaite, choquée pour avoir la moindre réaction. Mais j'ai eu terriblement honte de ma passivité. Comment en effet expliquer à mes proches ou à un juge si je devais porter plainte (impensable à cette époque là !) pourquoi je n'ai pas crié, pas pleuré, que je ne me suis pas débattue alors "qu'en théorie" j'aurai pu le faire ? Pour moi à cette époque là, c'était au delà de toute compréhension.

Pourquoi cette absence de réaction ? j'ai dis que j'avais été trop abasourdie, choquée pour réagir. Cet état est bien connu des médecins et psychologues : il s'appelle l'état de sidération.En fait, tu es tellement choqué, ton cœur bat si vite que le cerveau,
incapable de gérer tant de stress « débranche », il crée un court circuit dans ta tête et cela fait comme si tu n'étais plus là. Tu n'as plus de sensation et forcément plus aucune réaction. Tu as alors un sentiment d'irréalité et deviens comme spectateur/trice (en psychologie cet état s'appelle la dissociation). La sidération est un blocage total qui protège de la souffrance en la distanciant et en la bloquant. Voilà pourquoi il est impossible de réagir. Mais cette absence de réaction ne doit en aucun cas être assimilée à un consentement. Cet état est également connu des officiers de police compétents qui ne te jugeront pas si tu ne t'es pas débattu, bien au contraire, c'est un élément de preuve de la véracité de ton témoignage.

Ce n'est pas parce que tu ne réagis pas que cela donne le droit à ton agresseur de te violer.Pour t'en persuader, prends l'exemple des enfants battus : bien souvent les enfants battus se laissent martyriser sans réagir (pire encore, ils aiment leurs parents et pensent qu'ils ont mérité leur châtiment car dans leur tête, les parents sont bons et n'agissent que pour leur bien). Pour autant, leur absence de réaction autorise t-elle la maltraitance ? Malheureusement, tous les parents ne sont pas des gens bons et
bienveillants et personne n'a le droit de maltraiter un enfant, ni de le violer. Aucune raison, aucune excuse ne peut justifier un tel acte.

Être confronté à des sentiments aussi troubles et contradictoires, à l'âge où tu es en pleine construction de ta personnalité peut provoquer un cataclysme, un raz-de-marée dévastant tout sur son passage. C'est pourquoi les conséquences psychologiques et les séquelles sont aussi traumatisantes et destructrices.
Extrait de http://violdemineure.overblog.com
Revenir en haut Aller en bas
http://espoiroboudutrounoir.forumdomtom.com
 
L'état de sidération
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» P902 Libération
» Docteurs ONE et bureau FNTE : Délibération projet loi 40-09
» Opération réussi - geslaagde operatie
» 9ème Congrès de la Fédération CGT services publics
» Fédération écologie et démocratie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'espoir au bout du trou noir :: La salle des connaissances :: Malaises :: Agressions :: Physique :: Agressions sexuelles :: Ce que l'on ressent psychologiquement-
Sauter vers: